Laurent Colomb

Laurent Colomb

Avec Autochtonies, Laurent Colomb & Antoine Denize, nous invitent à un voyage dépaysant dans notre beau pays de la Fronche.

Pays habité par ces autochtones, mais pas que.

Pas qu’eux.

Et surtout, ils nous invitent, à un voyage ébouriffant, dans une langue en perpétuel mouvement, qui s’invente, vivante, grâce à l’apport, des plus jouissif, de mots nouveaux, de mots déformés, de mots déconstruits, de mots reconstruits, créant un tourbillon joyeux de langue(s) qui tourne(nt) plus vite que 7 fois dans sa bouche.

On y découvre, dans ce paysage, des contrées magnifiques, souvent peu ou mal connues, et un peu comme dans un tableau rêvé, les couleurs s’y complètent, s’y côtoient, s’y mélangent.

Et toutes les couleurs !

Qui au final, en créent de nouvelles encore plus lumineuses et pétaradantes.

Autochtonies, (avant peut-être de s’adresser à notre intellect), stimule, et j’irais même jusqu’à dire, excite nos sens de façon tonitruante, nous faisant ressentir au cœur même de la langue de notre beau pays de la Fronche, combien, des apports extérieurs, des hybridations, des modulations, nourrissent, enrichissent (sans se préoccuper de rentabilité), construisent finalement, cette langue vivante, palpitante et son humanité.

Et c’est à nous tous, pour une fois, de l’assimiler et entreprendre une réflexion.

En ces jours un peu, voire beaucoup, en tout cas, beaucoup trop grisâtres, nous avons tout à entendre intimement et collectivement de cet Autochtonies qui est salutaire à bien des égards.

Yves Arcaix, 2015

Lire les notes de lectures consacrées à Autochtonies dans La gazette des lycéens 2015

← Retour