Correspondances

En partenariat avec la Ligue de l’enseignement

Avec le soutien de la DRAC des Pays de la Loire

octobre-novembre 2017

Dans la continuité de l’atelier « Tenir journal » proposé en 2015, la Maison de la Poésie de Nantes invite l’auteur Marc Perrin à proposer un projet de pratique artistique autour d’un genre littéraire apprécié en prison, la poésie. « Correspondances » s’adresse aux détenus de la maison d’arrêt d’Angers, durant cinq séances entre octobre et novembre 2017.

« Dans un soucis de faciliter le rapport à l’écriture, et plus précisément à la correspondance – à l’écriture de lettres – , dans un soucis de faciliter les liens aux familles qui pourraient se tisser par le biais de l’écriture de lettres : l’atelier d’écriture Correspondance / Poésie contemporaine est mené avec en tête une définition simple de la poésie.
Poésie : est un mot qui vient du grec Poiein et qui signifie : faire, fabriquer, produire, créer, mais aussi causer, et agir.
Le mot poésie est ici employée pour désigner la fabrication de formes – écrites – , et l’attention portée à cette fabrication, et à ces formes. Attention à l’émergence de la forme qui convient à chacun. Diversité de ces formes. Liberté de ces formes. Sous l’angle de la correspondance. Écrire des lettres.
Des livres de poésie contemporaine – pour la diversité et la liberté qu’ils peuvent donner à lire, quant à la création de formes – accompagnent cette démarche, et sont présents lors de ces ateliers d’écriture.
L’atelier proposé n’est pas un atelier d’écrivain public. Il est un atelier d’écriture qui se développe à partir de la notion de correspondance – écrire une lettre : à qui est-elle destinée ? quel(s) sujet(s) est (sont) abordé(s) dans la lettre ? avec quelle humeur est écrite la lettre ? – et avec poésie – telle que définie ci-dessus. »

Marc Perrin.

← Retour