Retour sur la résidence de Frédéric Dumond (12 octobre – 20 novembre)

Résidence

La résidence de l’artiste et poète Frédéric Dumond a pris fin le samedi 20 novembre avec une masterclass à l’Université de Nantes où les étudiants ont inventé une langue et réalisé des archipels de formes sensibles qui sondent ce nouveau langage.
Un beau clap de fin qui ponctue cette résidence riche de rencontres, émouvante et créative. La restitution de la lecture collective, polyphonique et multilingue « Cela, quelle langue » en a été la preuve et restera dans les mémoires.
Retour.

● Frédéric Dumond a mené, du 13 octobre au 16 novembre, des ateliers avec une vingtaine de personnes parlants des langues différentes. L’idée : construire ensemble une lecture polyphonique et multilingue qui relie les fragments de vie, la diversité des parcours et met en avant la beauté même des langues. En lien avec plusieurs associations d’aide aux primo-arrivants. (Babel 44, le département de Loire-Atlantique et l’association Saint-Benoît Labre, l’Accoord, le Gasprom).

En plus de la préparation de la création « Cela, quelle langue », ces deux bandes sonores ont vu le jour :

Le QR code pour écouter le bouquet de berceuses !

● Le mercredi 17 novembre au lieu unique, après plusieurs répétitions avec les participants, la création « Cela, quelle langue » est présentée. L’auteur est accompagné des participants Amina, Doukouré, Jacques, Jamira, Ousmane, Roberta, Smondel, Zohra, performeurs et performeuses d’un soir.

 

Lire le livret « Cela, quelle langue »

● Le jeudi 18 novembre, Frédéric Dumond est allé à la rencontre d’une classe de 2nd du lycée Saint-Stanislas. Classe qui a assisté à la lecture la veille au lieu unique.

● Le vendredi 19 novembre, un groupe d’étudiants du Conservatoire de Nantes qui a travaillé sur les textes de Frédéric Dumond pour un projet de mise en voix a participé à un temps d’échange avec l’auteur.

● Le samedi 20 novembre : Masterclass à l’Université de Nantes

La Masterclass a proposé un atelier d’écriture collectif pour inventer une langue et réaliser, à la manière des ontologies de l’auteur, des archipels de formes sensibles, des connexions mystérieuses qui sondent et mettent graphiquement en espace ce nouveau langage.

Quelques travaux des participants >>

● Avant le départ de Frédéric : photo de groupe (même si Jacques manque à l’appel) !

← Retour