Printemps Coréen

Lecture-concert de Moon Chung-hee (poète coréenne) et Sébastien Boisseau (contrebassiste), suivi du concert de Sébastien Boisseau et E’Joung-Ju (joueuse de geomungo). Présentation : Bruno Doucey – lecture en français par Claudine Merceron

Jeudi 1er juin / 19h30 / Le lieu unique

quai Ferdinand Favre, Nantes / Tarifs : 3€ / abonnés, demandeurs d’emploi : gratuit

La 5e édition du Printemps Coréen à Nantes aura lieu du 19 mai au 1er juin 2017. Lectures, concerts, tables rondes, ateliers, rencontres et projections sont au programme en plusieurs lieux nantais pour mettre en lumière la culture coréenne. Toute la programmation sur www.printempscoreen.com
La Maison de la Poésie de Nantes et le Printemps Coréen ont réuni Moon Chung-hee et Sébastien Boisseau pour une rencontre inédite donnant lieu à une lecture-concert.

La poésie en Corée du sud est un genre littéraire très vivace. L’une de ses grandes voix, Moon Chung-hee, née en 1947, a publié de nombreux recueils ainsi que des pièces de théâtre depuis ses années lycéennes. Très reconnue dans son pays, elle a été traduite en français pour la première fois en 2012 avec Celle qui mangeait le riz froid (éditions Bruno Doucey). L’auteure, militante féministe, prend comme point de départ de ses poèmes les objets et les situations triviales des femmes(l’épluchage des légumes, la toilette) ou l’aliénation de la société coréenne trop vite industrialisée. À travers son écriture narrative et franche, l’objet devient arme de revendication. La terre, le sang, les membres  : des éléments palpables donnent un corps aux textes, tantôt sensuel ou violent. Quelquefois emprunts de spiritualité, hérités du zen et de l’effort méditatif, Moon Chung-hee peint des tableaux du quotidien qui vont droit au cœur.

Sébastien Boisseau est contrebassiste. Né en 1974, il démarre la pratique de son instrument dès l’âge de 7 ans. Diplômé du conservatoire de Tours, il participe depuis 20 ans à de très nombreux disques et projets musicaux. Il explore les frontières entre l’improvisation et l’écriture, à travers plusieurs projets, notamment WOOD, qui l’associe depuis 2003 au saxophoniste à Matthieu Donarier, et JASS (avec Alban Darche, John Hollenbeck et Samuel Blaser). Il codirige le label Yolk à Nantes. Artiste tout terrain à l’échelle européenne, il joue pour le théâtre, compose une musique de film, et monte le récital Langues et lueurs (avec Louis Sclavis et Jean Paul Delore), une mise en musique de textes poétiques d’auteurs français et africains.

E’Joung-Ju pratique le geomungo, une cithare traditionnelle coréenne. Musicienne inventive et de premier plan, E’Joung-Ju perpétue ses sonorités et les accommode au contact d’influences contemporaines électroacoustiques.

← Retour